Le succès d’Enric Mas sur le Tour de Savoie Mont Blanc 2016 n’avait rien de surprenant. En 2014, alors Espoir 1ère année (19 ans), il avait marqué les esprits en terminant 4e de la réputée Course de la Paix Espoirs. Il avait confirmé l’an passé en s’offrant, en mars au Portugal, le Tour de l’Alentejo (2.2) avant donc de dominer le TSMB. Sur sa lancée, l’Espagnol a terminé 2e du Tour du Val d’Aoste.

Ses excellents résultats lui ont ouvert les portes de la formation WorldTour Quick Step-Floors, dont Klein Constantia (aujourd’hui disparue) était la réserve. A 22 ans, Enric Mas fait ainsi ses grands débuts parmi l’élite au sein de l’une des meilleures formations au monde. Il est rentré dans le vif du sujet dès janvier en débutant sur le WorldTour, à l’occasion du Tour Down Under. En Australie, il a terminé à une respectable 26e place sur cette épreuve par étapes remportée par Richie Porte (BMC Racing Team).

S’il a été plus discret ensuite (33e du Tour d’Algarve, 75e du Tour de Catalogne), Enric Mas a frappé fort en se classant, en avril, 14e du Tour du Pays Basque ! Si cette course est considérée comme l’une des épreuves les plus difficiles du WorldTour pour un jeune coureur, l’Espagnol a répondu présent pendant les six jours de compétition. Il termine devant un certain… Romain Bardet (AG2R La Mondiale). Après une première coupure, il finit en mai à une bonne 18e place au Tour de Californie, autre épreuve du calendrier WorldTour. Son apprentissage passera à partir de dimanche par les routes du Dauphiné.

Le natif de l’île de Majorque a le talent pour rapidement devenir un élément essentiel du dispositif de l’équipe belge sur les courses par étapes. Là où nombreux  de ses compatriotes se sont cassés les dents avant lui au sein de la formation flamande  !

Crédit photo : Tim De Waele